Volume éditorial

Répartion des publications

292 articles et brèves
+ 43 autres documents


Météo locale

  • Fosses, village de potiers au Moyen Âge: campagnes 2023 et 2024
    Fosses, village de potiers au Moyen Âge : campagnes 2023 et 2024 Du fait de son argile réputée, la vallée de l’Ysieux, de Marly-la-Ville à Luzarches, en passant par Fosses, est riche, durant tout le Moyen Âge, de ses sites potiers, dont certaines productions de qualité ont inondé le commerce du Nord du royaume de […]
  • Nécropole celtique de Bouqueval
    La nécropole celtique de Bouqueval et ses 2 tombes à char   A une vingtaine de kilomètres au nord de Paris, la commune de Bouqueval correspond à un important site de La Tène moyenne (III e s. et II e s. av. J.-C.) où se trouvent associés un habitat et une nécropole comprenant 14 sépultures […]
  • Le souterrain de la maison des Templiers à Gonesse
      Le souterrain de la maison des Templiers à Gonesse, fouillé dans le quartier du Temple par la JPGF de Villiers-le-Bel, voit son étude terminée. La Société d’histoire et d’archéologie de Gonesse et du Pays de France a accepté de la publier dans son bulletin n°17 (avril 2023), pages 15 à 44. En forme de […]
  • Activité des sociétés savantes : Mémoire vivante de La Plaine, hier, aujourd'hui, demain
    L'association Mémoire vivante de La Plaine a présenté son exposition sur les athlètes de Saint-Denis, de La Plaine et du 93 à l'occasion du 148e congrès national des sociétés historiques et scientifques. En voici un aperçu
  • Appel à candidatures - Prix des sociétés savantes 2024
    La Fondation du CTHS lance l'édition 2024 de son prix des sociétés savantes. Votre association fait partie de l'annuaire du CTHS et a initié et porté une action participant à la diffusion des savoirs, à la sauvegarde ou à la valorisation d'un patrimoine ? Inscrivez-vous !
  • MERCI À TOUS !
    Le 148e congrès du CTHS s'est achevé vendredi. Un grand merci à l'ensemble des participants ! À présent, cap sur le 149e congrès qui se déroulera à Orléans, du 14 au 18 avril 2025 sur le thème Reconstruire, réformer, refonder sous la présidence de la section Histoire et philologie des civilisations médiévales, Pour plus d'informations, […]
  • Les peuples autochtones et l’anthropocène
    Conférences23 jan. 2024 - 12 mar. 2024François-MitterrandUn nouveau cycle de conférences invite des anthropologues à rendre compte de la façon dont les peuples autochtones de diverses aires géographiques font face aux conséquences de l’activité humaine sur la Terre et son atmosphère.  Voir le site
  • Le Sacramentaire de Drogon et les ivoires de Metz
    Colloques12 oct. 2020RichelieuUne journée d’étude interdisciplinaire, organisée par la BnF et le musée du Louvre, est consacrée à la présentation des premiers résultats de leurs découvertes sur le Sacramentaire de Drogon. Ce fleuron de la Renaissance carolingienne, conservé au département des Manuscrits de la BnF, est doublement célèbre par son histoire prestigieuse et le luxe […]

Acquisition Médaille du Réfractaire

Mise à jour le dimanche 2 juin 2024 par Pierre

commémoration au réfractaires du travail au STOLe texte de 1950 précisa les caractéristiques du statut du Réfractaire, pour laquelle la République reconnaissait le droit à réparation, à destination de tous qui avaient lutté et pris les risques pour lutter contre les forces ennemies.

La loi du 22 août 1950, portant statut du réfractaire, énonçait dans son article premier : « La République reconnaissante à ceux qui acceptèrent tous les risques pour lutter contre le potentiel de guerre de l’ennemi, considérant les souffrances et le préjudice que cette attitude courageuse et patriotique leur a occasionné, proclame et détermine le droit à réparation des réfractaires et leurs ayants cause ».

Treize années plus tard, le 21 octobre 1963, Jean Sainteny, ministre des anciens combattants et victimes de guerre, signait l’arrêté créant cette médaille, officiellement appelée « Insigne du Réfractaire ». L’Insigne du Réfractaire a pour but d’honorer les Français qui se sont soustrait au Service du Travail Obligatoire (S.T.O.) en Allemagne, et ont donc, de ce fait, participés à la lutte contre l’envahisseur.

La période durant laquelle le réfractaire a vécu en « hors-la-loi » est considérée comme service militaire actif. Le réfractaire a droit à la mention « Mort pour la France », si il est décédé des suites d’accident, maladie ou blessure consécutifs à sa position.

Le service de l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, du département de résidence, délivre la carte du Réfractaire autorisant le port de cet insigne.

Le total des cartes délivrées s’élève à 108730 unités (source ONAC).

Mais l’insigne en lui-même fut créé par l’arrêté du 21 octobre 1963, “Insigne du réfractaire”, Journal officiel du 29 octobre 1963 – Page 9365.

DESCRIPTIF
Le ruban d’une largeur classique de 37mm est de couleur orangée, et il comporte de chaque côté trois raies rouges, espacées de 1mm. La médaille, ronde, en bronze, a été dessinée par le graveur HOLLEBECQ. Sur l’avers on retrouve le dessin d’une carte de France avec au centre une enclume brisée symbolisant le refus du travail, au sommet une Croix de Lorraine, qui représente le soutien et l’espoir des opprimés, avec de chaque côté les initiales RF et la devise « J’ai livré un bon combat ».
Au revers, on retrouve une inscription « Aux réfractaires guerre 1939-1945 ».

BÉNÉFICIAIRES
Cette décoration est décernée aux titulaires d’une carte du réfractaire délivrée aux personnes ayant résisté et s’étant soustraites au S.T.O. obligatoire en Allemagne, organisé par l’ennemi et le gouvernement de Vichy.

carte de réfractaireCARACTÉRISTIQUES
Le réfractaire décédé des suites de blessures ou de maladie consécutifs à sa position, a droit à la mention Mort pour la France.

La journée nationale des réfractaires a lieu le 6 juin à l’initiative du Groupement National des Réfractaires et Maquisards. Elle est célébrée au pied du Mémorial National du Réfractaire érigé à Saint Paterne-Racan (Indre-et-Loire).

Le privilège de recouvrir un cercueil du drap tricolore est accordé aux réfractaires.

Les réfractaires au STO peuvent prétendre à la Médaille Commémorative française de la guerre 39-45, puisqu’ils ont lutté de la même manière contre l’Occupant et les forces de l’Axe, sans nécessairement avoir été dans la Resistance ou dans les FFI.

Maurice Schumann, qui appelait de Londres, les travailleurs à ne pas partir en Allemagne, reçu le titre de « Père des Réfractaires ».

Il est important de savoir qu’un décret du 7 décembre 1998 a créé un insigne de patriote réfractaire à l‘annexion de fait au profit des Alsaciens et des Lorrains, par rapport aux départements du Rhin et de la Moselle. Cet insigne est différent et n’a pas de ruban.

© GRHALP Groupe de Recherches Historiques et Archéologiques de Louvres-en-Parisis