Volume éditorial

Répartion des publications

293 articles et brèves
+ 43 autres documents


Météo locale

  • DISPARITION DE DENIS MENJOT
    C'est avec une grande tristesse que le CTHS a appris ce jour le décès de Denis Menjot, membre de la section "Histoire et philologie des civilisations médiévales". Denis MENJOT (9 avril 1948-16 juillet 2024) Avec la disparition de Denis Menjot, le CTHS perd une figure marquante et attachante de la section Histoire et philologie des […]
  • Agnès Bos nommée déléguée générale du CTHS
    Agnès Bos, archiviste paléographe (prom. 1997), docteur en histoire de l’art (2000) et conservatrice en chef du patrimoine, est nommée déléguée générale du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) à compter du 1er juillet 2024.Agnès Bos a commencé sa carrière en 1998 aux Archives nationales avant de rejoindre les musées, d’abord au musée national […]
  • Reconstruire, réformer, refonder : 149e CNSHS
    Le CTHS vous invite à participer au prochain Congrès national des sociétés historiques et scientifiques qui se tidendra du 14 au 18 avril 2025 à Orléans sous la présidence de la section "Histoire et philologie des civilisations médiévales". Vous pouvez dès à présent, et jusqu'au 18 octobre, envoyer vos propositions de communications à congres@cths.fr Thématiques […]
  • Les peuples autochtones et l’anthropocène
    Conférences23 jan. 2024 - 12 mar. 2024François-MitterrandUn nouveau cycle de conférences invite des anthropologues à rendre compte de la façon dont les peuples autochtones de diverses aires géographiques font face aux conséquences de l’activité humaine sur la Terre et son atmosphère.  Voir le site
  • Antoine Reicha - Quatuors scientifiques
    Spectacle vivant18 oct. 2021François-MitterrandEn hommage au compositeur franco-tchèque Antonín Rejcha, appelé aussi Antoine Reicha, le Quatuor Guermantes joue en alternance des mouvements de son Quatuor scientifique et des œuvres intermédiales écrites pour l’occasion. Ce concert est précédé d’un après-midi d’étude sur les œuvres intermédiales. Voir le site

Sous les pavés, l’histoire de la Place Guy Coquille à Nevers (Nièvre)

Mise à jour le lundi 8 juillet 2024 par Pierre

Entre mars et avril 2024, l’Inrap a mené une fouille à Nevers, sur prescription de l’Etat (Drac Bourgogne – Franche-Comté). Cette opération de 35m² menée en amont du réaménagement de la place Guy-Coquille et du cœur de ville de Nevers a livré, les vestiges de bâtiments antiques et d’un cimetière médiéval.

NeversLa documentation fait état de l’existence, au niveau de la place Guy Coquille, d’une église paroissiale connue sous le vocable de « Saint-Père » ou « Saint-Pierre » construite à la fin du XIIe siècle et détruite à la fin du XVIIIe siècle suite à l’effondrement d’une partie de la voûte. Cette église était réputée avoir été construite sur l’emplacement du premier cimetière des chrétiens de Nevers. Des informations orales faisaient aussi mention d’un puits situé approximativement à l’emplacement de la fontaine actuelle. Celui-ci est probablement visible sur une carte ancienne (an II/an III).

Enfin, des travaux de suivi de réseau en 1988 avaient révélé la présence de dix sarcophages le long de la bordure sud de la place (C. et M. Michaux, 1988). Un petit tronçon de mur de l’église mis au jour durant cette campagne, avait alors permis un repositionnement approximatif du plan de cette dernière. La surface prescrite se trouve à l’emplacement de ce que l’on supposait être le parvis de l’église, d’où une forte présomption de la présence de sépultures.

Le cimetière médiéval

Comme attendu, plusieurs sépultures ont été mises au jour dans le périmètre de la fouille (vingt-trois au total) et cela malgré les nombreux réseaux désaffectés qui quadrillaient l’espace. Plusieurs présentaient des aménagements en coffres faits de dalles calcaires ou de simples calages périphériques, les autres étaient en pleine terre.

À l’exception d’un individu, les sépultures étaient incomplètes, soit qu’elles aient été amputées par les creusements de réseaux contemporains, soit qu’elles soient partiellement engagées sous les bermes, ou encore qu’elles aient été perturbées anciennement par les creusements d’autres sépultures. Aucune n’a livré de mobilier correspondant à un dépôt funéraire.

Le suivi de travaux de réseaux, concomitant à la fouille, a également livré plusieurs sépultures, dont une en sarcophage complet. Son couvercle présentait un décor attribuable à la période mérovingienne, confirmant l’utilisation du site comme nécropole dès le haut Moyen Âge.

Le site antique

Malgré l’exiguïté de la parcelle, la fouille s’est révélée riche en vestiges antique. Une partie de l’espace était occupée par une cave dont tous les murs ont pu être mis au jour, à l’exception de l’angle sud-est qui se trouvait hors emprise. La partie du mur sud présentait l’amorce d’un soupirail, dont on peut supposer qu’il s’ouvrait sur une rue. Dans les autres murs de la cave s’ouvraient deux niches, l’une complète à l’est, l’autre, détruite dans sa partie supérieure, au nord. Le sol de terre battue construit sur un radier de cailloux calcaires était entièrement conservé mais n’a pas livré de mobilier en place. Tous les artefacts liés à cette pièce ont été récoltés dans le remblai de démolition qui la comblait.

Sous le sol, creusés dans le substrat, sont apparus trois trous de poteaux vraisemblablement liés à la construction de la cave. Celle-ci a été desservie successivement par deux escaliers. Le premier, orienté est-ouest a été partiellement récupéré puis son accès inférieur bouché. Le second, entièrement conservé, présentait un axe nord-sud. Cette modification suggère un réagencement des pièces en rez-de-chaussée, que l’étude des quelques m² fouillés à l’est de la cave nous permettra peut-être d’appréhender. Un empilement de plusieurs sols y a été mis au jour, certains comportent des foyers. Des sablières basses sont également apparues.

À l’ouest de la cave, est apparu un second bâtiment, matérialisé par deux murs parallèles, dont l’un, ancré sous la berme, ne laissait voir que son parement. Là encore, sur une surface très étroite, plusieurs états de sols ont été identifiés. Les deux bâtiments ne sont pas mitoyens, mais séparés par un espace très étroit d’environ 0.30 m. Cet alignement de bâtiments en bordure d’une voie (déduite de la présence du soupirail dans la cave) est typique d’une bordure d’ilot urbain.

Enfin, la fouille a également révélé une occupation antérieure à la cave antique, sous la forme de quelques trous de poteaux, qui appartiennent très probablement à la période augusto-tibérienne, ce qui témoigne d’une extension assez précoce de la ville antique.

Aménageur : Ville de Nevers
Contrôle scientifique : Service régional de l’archéologie (Drac Bourgogne – Franche-Comté)
Recherches archéologiques : Inrap
Responsable scientifique : Marie-Noëlle Pascal, Inrap


Lire le propos complet à la source https://www.inrap.fr/sous-les-paves-l-histoire-de-la-place-guy-coquille-nevers-nievre-19432

© GRHALP Groupe de Recherches Historiques et Archéologiques de Louvres-en-Parisis