Volume éditorial

Répartion des publications

253 articles et brèves
+ 43 autres documents


Météo locale

  • Fosses, village de potiers au Moyen Âge: campagnes 2023 et 2024
    Fosses, village de potiers au Moyen Âge : campagnes 2023 et 2024 Du fait de son argile réputée, la vallée de l’Ysieux, de Marly-la-Ville à Luzarches, en passant par Fosses, est riche, durant tout le Moyen Âge, de ses sites potiers, dont certaines productions de qualité ont inondé le commerce du Nord du royaume de […]
  • Nécropole celtique de Bouqueval
    La nécropole celtique de Bouqueval et ses 2 tombes à char   A une vingtaine de kilomètres au nord de Paris, la commune de Bouqueval correspond à un important site de La Tène moyenne (III e s. et II e s. av. J.-C.) où se trouvent associés un habitat et une nécropole comprenant 14 sépultures […]
  • Le souterrain de la maison des Templiers à Gonesse
      Le souterrain de la maison des Templiers à Gonesse, fouillé dans le quartier du Temple par la JPGF de Villiers-le-Bel, voit son étude terminée. La Société d’histoire et d’archéologie de Gonesse et du Pays de France a accepté de la publier dans son bulletin n°17 (avril 2023), pages 15 à 44. En forme de […]
  • Corps, sport et jeux
    Au coeur de l'actualité, le CTHS vous invite du 21 au 24 mai au 148e congrès national des sociétés historiques et scientifiques à la Maison des sciences de l'Homme Paris Nord.L'inscription est nécessaire mais gratuite
  • Le programme du congrès « Corps, sport et jeux »
    Encore provisoire, mais bientôt définitif, le planning du prochain congrèsDu mardi 21 mai après-midi au vendredi 24, à partir de 9h30, à la Maison des sciences de l'homme Paris Nord, 20 Avenue George-Sand - 93210 Saint-Denis. Inscription gratuite
  • Appel à candidatures - Prix des sociétés savantes 2024
    La Fondation du CTHS lance l'édition 2024 de son prix des sociétés savantes. Votre association fait partie de l'annuaire du CTHS et a initié et porté une action participant à la diffusion des savoirs, à la sauvegarde ou à la valorisation d'un patrimoine ? Inscrivez-vous !

Majorien

Majorien (en latin : Flavius Iulius Valerius Maiorianus Augustus ; vers 420-461) règne sur l’Empire romain d’Occident d’avril 457 au 7 août 461. Il fut le dernier empereur qui se déplaça dans le réduit romain formé par l’Italie, le sud de la Gaule et la façade méditerranéenne de l’Espagne, dans le but de reconquérir les territoires cédés aux Germains fédérés et ainsi de tenter de restaurer le prestige perdu de l’empire.

Empereur Majorien vers 420-461Empereur Majorien vers 420-461

Issu d’une famille noble romaine, il est chef de la garde impériale sous Valentinien III et ses éphémères successeurs Pétrone Maxime et Avitus. En octobre 456, il prend part avec Ricimer à la destitution d’Avitus et le capture près de Plaisance.

Officiellement, l’empereur d’Orient Léon Ier est le seul empereur légitime après la mort de Valentinien III. Il accorde donc en février 457 le titre de patrice à Ricimer, et celui de maître des milices (magister militum) à Majorien, mais leur autorité se limite à l’Italie. L’aristocratie gallo-romaine, les Burgondes et les Wisigoths, anciens soutiens d’Avitus, les rejettent.

En avril 457, l’armée d’Italie proclame Majorien empereur. Celui-ci envoie Ægidius mater la rébellion gallo-romaine et reprendre Lugdunum (Lyon) aux Burgondes. Ægidius y parvient avec l’aide d’auxiliaires francs et grâce à l’inaction des Wisigoths, trop occupés en Espagne. Ayant ainsi repris ce qui reste de la Gaule romaine, Majorien s’installe à Arles en 458, laissant Ricimer en Italie.

Son gouvernement se remarque par des mesures sociales, telles que des remises d’arriérés d’impôts, et il essaie de limiter les accaparements de l’Église, interdisant aux femmes de dépouiller les enfants de leur héritage en donnant leurs biens à l’Église, ou de mettre au couvent les jeunes filles dont les parents veulent se débarrasser.

Il maintient les Wisigoths sur le territoire qui leur a été concédé et conserve l’autorité romaine sur le Languedoc et les provinces de Tarraconaise et de Carthaginoise.

En 460, Majorien prépare à Alicante un débarquement en Maurétanie contre les Vandales d’Afrique du Nord. En 460, le roi des Vandales Genséric le devance et détruit sa flotte de 300 navires lors de la bataille de Carthagène, ce qui contraint Majorien à concéder un traité de paix humiliant : celui-ci occasionne d’importantes pertes de territoires pour l’aristocratie sénatoriale en province d’Afrique, aux Baléares, en Corse et en Sicile. En outre, d’importantes taxes ayant été nécessaires à la préparation de cette expédition qui nourrissait de grands espoirs, la défaite passe d’autant plus mal.

En juillet 461, Majorien regagne l’Italie où sa décision d’installer le siège de son pouvoir à Ravenne plutôt qu’à Rome, afin probablement d’échapper à l’ingérence de l’aristocratie sénatoriale, incline les sénateurs romains — en outre rendu amers par les faveurs qu’accorde le nouvel empereur à l’aristocratie gauloise — à rechercher une alternative pour la défense de leurs intérêts. Ils trouvent cette alternative auprès de Ricimer, lui-même mécontent des dispositions du nouvel empereur1 et offensé d’être tenu à l’écart du nouvel entourage de l’empereur qui compte des généraux comme Ægidius et Marcellinus4. Cette conjonction d’intérêts précipite la chute de Majorien : les bucellarri de Ricimer saisissent l’occasion de son retour d’Espagne pour l’attaquer et le capturer près de la cité ligurienne de Derthona2. Après une détention éprouvante, il est décapité le 7 août 461, le sénat lui désignant comme successeur Libius Severus, issu de ses rangs1 mais qui n’est reconnu ni par Léon Ier, ni par Ægidius, ni par Marcellus, tandis que le pouvoir est de fait partagé entre Ricimer et les grandes familles aristocratiques.

Source : Wikipédia