Volume éditorial

Répartion des publications

292 articles et brèves
+ 43 autres documents


Météo locale

  • Fosses, village de potiers au Moyen Âge: campagnes 2023 et 2024
    Fosses, village de potiers au Moyen Âge : campagnes 2023 et 2024 Du fait de son argile réputée, la vallée de l’Ysieux, de Marly-la-Ville à Luzarches, en passant par Fosses, est riche, durant tout le Moyen Âge, de ses sites potiers, dont certaines productions de qualité ont inondé le commerce du Nord du royaume de […]
  • Nécropole celtique de Bouqueval
    La nécropole celtique de Bouqueval et ses 2 tombes à char   A une vingtaine de kilomètres au nord de Paris, la commune de Bouqueval correspond à un important site de La Tène moyenne (III e s. et II e s. av. J.-C.) où se trouvent associés un habitat et une nécropole comprenant 14 sépultures […]
  • Le souterrain de la maison des Templiers à Gonesse
      Le souterrain de la maison des Templiers à Gonesse, fouillé dans le quartier du Temple par la JPGF de Villiers-le-Bel, voit son étude terminée. La Société d’histoire et d’archéologie de Gonesse et du Pays de France a accepté de la publier dans son bulletin n°17 (avril 2023), pages 15 à 44. En forme de […]
  • Activité des sociétés savantes : Mémoire vivante de La Plaine, hier, aujourd'hui, demain
    L'association Mémoire vivante de La Plaine a présenté son exposition sur les athlètes de Saint-Denis, de La Plaine et du 93 à l'occasion du 148e congrès national des sociétés historiques et scientifques. En voici un aperçu
  • Appel à candidatures - Prix des sociétés savantes 2024
    La Fondation du CTHS lance l'édition 2024 de son prix des sociétés savantes. Votre association fait partie de l'annuaire du CTHS et a initié et porté une action participant à la diffusion des savoirs, à la sauvegarde ou à la valorisation d'un patrimoine ? Inscrivez-vous !
  • MERCI À TOUS !
    Le 148e congrès du CTHS s'est achevé vendredi. Un grand merci à l'ensemble des participants ! À présent, cap sur le 149e congrès qui se déroulera à Orléans, du 14 au 18 avril 2025 sur le thème Reconstruire, réformer, refonder sous la présidence de la section Histoire et philologie des civilisations médiévales, Pour plus d'informations, […]
  • Les peuples autochtones et l’anthropocène
    Conférences23 jan. 2024 - 12 mar. 2024François-MitterrandUn nouveau cycle de conférences invite des anthropologues à rendre compte de la façon dont les peuples autochtones de diverses aires géographiques font face aux conséquences de l’activité humaine sur la Terre et son atmosphère.  Voir le site
  • Le Sacramentaire de Drogon et les ivoires de Metz
    Colloques12 oct. 2020RichelieuUne journée d’étude interdisciplinaire, organisée par la BnF et le musée du Louvre, est consacrée à la présentation des premiers résultats de leurs découvertes sur le Sacramentaire de Drogon. Ce fleuron de la Renaissance carolingienne, conservé au département des Manuscrits de la BnF, est doublement célèbre par son histoire prestigieuse et le luxe […]

La Rive/RD1005 à Publier enHaute-Savoie

Mise à jour le lundi 27 mai 2024 par Pierre

L’Inrap vient de fouiller une surface de 900 m2 en amont de la restructuration de la RD 1005 et d’un parking desservant les HLM de Haute-Savoie Habitat sur la commune de Publier (Haute-Savoie). Une quarantaine de sépultures ont été mises au jour, attribuées à la période médiévale d’après les découvertes anciennes et les modalités d’inhumation et restant à préciser par des datations radiocarbones

Une terrasse dominant le Lac Léman

fouilles archéologiques à Publier en ures Publier en Haute-SavoieCette zone funéraire est située sur une terrasse constituée d’anciens niveaux lacustres, dominant le lac Léman, aujourd’hui traversée par un axe majeur reliant Thonon-les-Bains à Évian-les-Bains, la RD 1005. La proximité de nombreux aménagements contemporains a toutefois contraint l’intervention. En outre, l’observation fine des niveaux stratigraphiques indique d’importants travaux de décaissement et remblaiement destinés à niveler la zone. Le paysage initial, au moment de l’implantation des tombes, correspond à une terrasse aux reliefs plus élevés vers l’ouest où se développe l’occupation. La déclivité vers l’est, aujourd’hui réduite et invisibilisée par les apports de terre, indique une potentielle limite de la zone sépulcrale.

Une chronologie encore hypothétique

L’attribution chronologique à l’époque médiévale de cette occupation funéraire repose sur les données acquises anciennement. Un autre possible tronçon de cette ancienne zone funéraire, qui avait disparu des mémoires collectives, avait été découvert fortuitement dans les années 1970 lors de la construction des HLM. Une opération de sauvetage avait révélé 11 tombes en coffre de dalles grâce à l’investissement du Groupement de Recherches Archéologiques de Thonon (GRAT). L’occupation sépulcrale pourrait en effet occuper toute la partie sommitale de la terrasse lacustre, avec une extension supposée en direction du nord-est.

Des pratiques funéraires standardisées

Les 42 sépultures primaires individuelles sont implantées de manière assez lâche et regroupées dans la partie médiane de l’emprise de fouille. Les défunts sont inhumés dans de larges et profondes fosses orientées ouest-est, avec seulement deux recoupements identifiés. La position des corps est très standardisée : ils reposent tous allongés sur le dos, tête à l’ouest, pieds à l’est. Les sujets ont les bras plaqués contre le corps, tandis que les avant-bras sont fléchis, placés sur le bassin ou sur le thorax. Les jambes sont en extension, convergentes et parfois, jointes au niveau des chevilles.

Les observations anthropologiques réalisées sur le terrain ont d’ores et déjà permis de restituer la présence initiale de coffrages en matériaux périssables d’après les effets de contraintes exercés sur la position de certains ossements à distance des parois de la fosse. Dans une dizaine de tombes, les sédiments ont permis la conservation de manière exceptionnelle de vestiges ligneux appartenant à ces aménagements internes (couverture ou parois de coffrage). Ces derniers ont été prélevés en vue d’analyses approfondies, notamment d’identification des essences. La position de certains os témoigne d’effets de contention indiquant aussi l’existence d’enveloppe souple (linceul ou vêtements).

Les squelettes présentent un mauvais état de conservation global (fragmentation) compte tenu de leur ensevelissement dans des sédiments favorisant la circulation d’eau et maintenant l’humidité. Par un enregistrement adapté, il a été ainsi possible de limiter la perte de données par l’acquisition de données primaires essentielles, notamment portant sur l’identité biologique des défunts (estimation de l’âge au décès, diagnose sexuelle) et de faciliter l’étude en laboratoire. Les données biologiques recueillies par les anthropologues ont également permis de définir un espace communautaire où les tombes adultes (hommes et femmes, tout âge confondus) côtoient celles des enfants.

Ce site offre l’opportunité d’apporter un nouvel éclairage des pratiques funéraires dans un secteur où les données archéologiques sont encore disparates. Les résultats mis en perspective avec les données anciennes permettront également de préciser l’ampleur de cette zone sépulcrale tandis que l’habitat qui leur est lié demeure inconnu. Cette intervention contribuera ainsi à une meilleure connaissance de l’occupation médiévale des rives du lac Léman, sur la commune actuelle de Publier, que l’archéologie a encore peu documentée.

  • Aménagement : Haute Savoie Habitat et ville de Publier
  • Contrôle scientifique : Service régional de l’archéologie (Drac Auvergne – Rhône-Alpes)
  • Recherche archéologique : Inrap
  • Responsable scientifique : Alexia Lattard, Inrap


Lire le propos complet à la source https://www.inrap.fr/un-espace-funeraire-medieval-sur-les-rives-du-lac-leman-haute-savoie-17958

© GRHALP Groupe de Recherches Historiques et Archéologiques de Louvres-en-Parisis