Volume éditorial

Répartion des publications

292 articles et brèves
+ 43 autres documents


Météo locale

  • Fosses, village de potiers au Moyen Âge: campagnes 2023 et 2024
    Fosses, village de potiers au Moyen Âge : campagnes 2023 et 2024 Du fait de son argile réputée, la vallée de l’Ysieux, de Marly-la-Ville à Luzarches, en passant par Fosses, est riche, durant tout le Moyen Âge, de ses sites potiers, dont certaines productions de qualité ont inondé le commerce du Nord du royaume de […]
  • Nécropole celtique de Bouqueval
    La nécropole celtique de Bouqueval et ses 2 tombes à char   A une vingtaine de kilomètres au nord de Paris, la commune de Bouqueval correspond à un important site de La Tène moyenne (III e s. et II e s. av. J.-C.) où se trouvent associés un habitat et une nécropole comprenant 14 sépultures […]
  • Le souterrain de la maison des Templiers à Gonesse
      Le souterrain de la maison des Templiers à Gonesse, fouillé dans le quartier du Temple par la JPGF de Villiers-le-Bel, voit son étude terminée. La Société d’histoire et d’archéologie de Gonesse et du Pays de France a accepté de la publier dans son bulletin n°17 (avril 2023), pages 15 à 44. En forme de […]
  • Activité des sociétés savantes : Mémoire vivante de La Plaine, hier, aujourd'hui, demain
    L'association Mémoire vivante de La Plaine a présenté son exposition sur les athlètes de Saint-Denis, de La Plaine et du 93 à l'occasion du 148e congrès national des sociétés historiques et scientifques. En voici un aperçu
  • Appel à candidatures - Prix des sociétés savantes 2024
    La Fondation du CTHS lance l'édition 2024 de son prix des sociétés savantes. Votre association fait partie de l'annuaire du CTHS et a initié et porté une action participant à la diffusion des savoirs, à la sauvegarde ou à la valorisation d'un patrimoine ? Inscrivez-vous !
  • MERCI À TOUS !
    Le 148e congrès du CTHS s'est achevé vendredi. Un grand merci à l'ensemble des participants ! À présent, cap sur le 149e congrès qui se déroulera à Orléans, du 14 au 18 avril 2025 sur le thème Reconstruire, réformer, refonder sous la présidence de la section Histoire et philologie des civilisations médiévales, Pour plus d'informations, […]
  • Les peuples autochtones et l’anthropocène
    Conférences23 jan. 2024 - 12 mar. 2024François-MitterrandUn nouveau cycle de conférences invite des anthropologues à rendre compte de la façon dont les peuples autochtones de diverses aires géographiques font face aux conséquences de l’activité humaine sur la Terre et son atmosphère.  Voir le site
  • Le Sacramentaire de Drogon et les ivoires de Metz
    Colloques12 oct. 2020RichelieuUne journée d’étude interdisciplinaire, organisée par la BnF et le musée du Louvre, est consacrée à la présentation des premiers résultats de leurs découvertes sur le Sacramentaire de Drogon. Ce fleuron de la Renaissance carolingienne, conservé au département des Manuscrits de la BnF, est doublement célèbre par son histoire prestigieuse et le luxe […]

Quand un druide rencontre un autre druide, qu’est-ce qu’ils s’racontent ?

Mise à jour le vendredi 17 mai 2024 par Pierre

Avec Jean-Louis Brunaux, archéologue, protohistorien, directeur de recherche au CNRS.

Loin d’être de simples officiants versés dans quelque sacrifice atroce, les druides, formés à une école philosophique pythagoricienne et prônant l’immortalité de l’âme, ont-ils voulu édifier une nouvelle société gauloise ?

Qui furent les druides de la Gaule indépendante et quels furent leurs rôles au sein de cette société des derniers siècles avant notre ère ? Voici une question à laquelle les archéologues sont incapables de répondre, puisqu’aucune sépulture de druide n’a jamais été découverte, et ce, malgré la fameuse tombe à char exhumée sous le tarmac de l’aéroport de Roissy, souvent évoquée comme telle.

druides

Les druides, Posidonios, César…

Dans ses Commentaires de la Guerre des Gaules, César est peu loquace à propos de ces prêtres gaulois, dont il fait « des officiants, pratiquant des sacrifices humains ». Celui-ci mentionne toutefois qu’« ils dissertent abondamment sur les astres et leurs mouvements, sur la longueur du monde et de la terre », confirmant ainsi que ceux-ci œuvrent à l’astronomie. Philosophe stoïcien, Posidonios d’Apamée (135-51 avant notre ère), qui sillonna la Gaule du IIe siècle avant notre ère, est sans conteste la meilleure source à propos des druides et des gaulois. Hélas, la majorité de son œuvre a disparu (voir le livre XXIII des Histoires, repris par Strabon et Diodore de Sicile).

Les druides philosophes pythagoriciens

Un unique druide, évoqué par César, est passé à la postérité : Diviciac**,** aristocrate éduen, mentionné de surcroît par Cicéron, celui-ci l’ayant accueilli dans sa villa du mont Palatin.

Dans la Grèce du IIIe siècle avant notre ère, un traité de magie (attribué par erreur à Aristote) les compare aux mages d’Iran et aux maîtres de sagesse de l’Inde.**** Ainsi, les druides pourraient-ils être autre chose que des hommes de la prière, du sacrifice, de la conversation avec les dieux ? À l’image des Grecs, les druides sont des philosophes, d’ailleurs auraient-ils pu être les élèves de Pythagore, ou les maîtres de celui-ci ? Les deux versions existent durant l’Antiquité. Le plus important est probablement qu’ils aient formé une école philosophique prônant, à l’égal des pythagoriciens et des poètes orphiques, la croyance de l’immortalité de l’âme !

Les druides en assemblée au cœur du locus consacratus,  bâtisseurs de la Gaule

Dès le IVe siècle avant notre ère, probablement avant, les druides constituent une communauté répartie sur l’ensemble de la Gaule, communauté qui se réunira annuellement, lors de sa fameuse assemblée dans la forêt des Carnutes (aujourd’hui près d’Orléans). Ils constituent ainsi, un corps fédéré très puissant, qui aura à sa tête « le premier des druides » nous dit César.

Nous savons que les druides interdisent l’écriture pour le sacré, qu’il en est peut-être de même pour l’interdiction des représentations des dieux. Penseurs de l’action, les druides auraient aussi réinventé le panthéon gaulois, mettant en place un groupe de six déités, qui sont, nous dit César, les équivalents de Mercure, Apollon, Mars, Jupiter, Minerve, et Dis Pater, c’est-à-dire Pluton.

Mais, pour Jean-Louis Brunaux, « le grand œuvre » des druides aurait été d’édifier une nouvelle société, comme d’unir les Gaules, pour mieux passer de la tribu à la cité, et, de la cité à… la Gaule !

Comme l’écrit Camille Jullian, à propos des druides et de la rareté de leurs sources « si personne ne peut prétendre à trouver la vérité, tout érudit a le droit et le devoir de chercher de nouveaux problèmes » (Jullian 1924, Histoire de la Gaule). Aux philologues de reprendre leurs textes, aux archéologues de trouver des druides !

Pour aller plus loin


Lire le propos complet à la source https://www.inrap.fr/quand-un-druide-rencontre-un-autre-druide-qu-est-ce-qu-ils-s-racontent-18003

© GRHALP Groupe de Recherches Historiques et Archéologiques de Louvres-en-Parisis