Volume éditorial

Répartion des publications

292 articles et brèves
+ 43 autres documents


Météo locale

  • Fosses, village de potiers au Moyen Âge: campagnes 2023 et 2024
    Fosses, village de potiers au Moyen Âge : campagnes 2023 et 2024 Du fait de son argile réputée, la vallée de l’Ysieux, de Marly-la-Ville à Luzarches, en passant par Fosses, est riche, durant tout le Moyen Âge, de ses sites potiers, dont certaines productions de qualité ont inondé le commerce du Nord du royaume de […]
  • Nécropole celtique de Bouqueval
    La nécropole celtique de Bouqueval et ses 2 tombes à char   A une vingtaine de kilomètres au nord de Paris, la commune de Bouqueval correspond à un important site de La Tène moyenne (III e s. et II e s. av. J.-C.) où se trouvent associés un habitat et une nécropole comprenant 14 sépultures […]
  • Le souterrain de la maison des Templiers à Gonesse
      Le souterrain de la maison des Templiers à Gonesse, fouillé dans le quartier du Temple par la JPGF de Villiers-le-Bel, voit son étude terminée. La Société d’histoire et d’archéologie de Gonesse et du Pays de France a accepté de la publier dans son bulletin n°17 (avril 2023), pages 15 à 44. En forme de […]
  • Activité des sociétés savantes : Mémoire vivante de La Plaine, hier, aujourd'hui, demain
    L'association Mémoire vivante de La Plaine a présenté son exposition sur les athlètes de Saint-Denis, de La Plaine et du 93 à l'occasion du 148e congrès national des sociétés historiques et scientifques. En voici un aperçu
  • Appel à candidatures - Prix des sociétés savantes 2024
    La Fondation du CTHS lance l'édition 2024 de son prix des sociétés savantes. Votre association fait partie de l'annuaire du CTHS et a initié et porté une action participant à la diffusion des savoirs, à la sauvegarde ou à la valorisation d'un patrimoine ? Inscrivez-vous !
  • MERCI À TOUS !
    Le 148e congrès du CTHS s'est achevé vendredi. Un grand merci à l'ensemble des participants ! À présent, cap sur le 149e congrès qui se déroulera à Orléans, du 14 au 18 avril 2025 sur le thème Reconstruire, réformer, refonder sous la présidence de la section Histoire et philologie des civilisations médiévales, Pour plus d'informations, […]
  • Les peuples autochtones et l’anthropocène
    Conférences23 jan. 2024 - 12 mar. 2024François-MitterrandUn nouveau cycle de conférences invite des anthropologues à rendre compte de la façon dont les peuples autochtones de diverses aires géographiques font face aux conséquences de l’activité humaine sur la Terre et son atmosphère.  Voir le site
  • Le Sacramentaire de Drogon et les ivoires de Metz
    Colloques12 oct. 2020RichelieuUne journée d’étude interdisciplinaire, organisée par la BnF et le musée du Louvre, est consacrée à la présentation des premiers résultats de leurs découvertes sur le Sacramentaire de Drogon. Ce fleuron de la Renaissance carolingienne, conservé au département des Manuscrits de la BnF, est doublement célèbre par son histoire prestigieuse et le luxe […]

Adieu les Aztèques… Bonjour les Mexicas

Mise à jour le vendredi 17 mai 2024 par Pierre

Avec Steve Bourget, archéologue, responsable des collections Amérique au musée du quai Branly – Jacques Chirac

Conquise le samedi 13 août 1521, il y a depuis, à peu près 502 ans 9 mois 29 jours, par Cortez et ses conquistadors, la cité de l’empereur Moctezuma II, la fameuse Tenochtitlan, puisque tel est son nom, est alors rapidement rasée pour édifier la Mexico hispanique.

Aujourd’hui, la ville de Mexico est l’objet de toutes les attentions des archéologues, puisque sous la métropole de 20 millions d’habitants vivant à plus de 2 400 mètres d’altitude, se cache le passé de Tenochtitlan, cité édifiée au début du 14e siècle, peut-être même en 1325 – d’après les codex mythiques – et qui fut, avec plus de 200 000 habitants, la capitale d’un empire, le plus vaste d’Amérique. Oublié, ce passé a été entrevu, pour la première fois, en 1978, et depuis plus de quarante ans, un vaste programme de recherche œuvre à son exhumation. C’est sur le Templo Mayor, le grand espace sacré et cérémoniel de Tenochtitlan, que des découvertes extraordinaires se sont enchaînées, nous permettant de percevoir la société et les religions des aztèques.

Masque olmèque credit photo Jorge Perez de Lara secretaria de cultura INAH mexique

Vous avez dit Mexica ?

Le mot “Aztèque”, donné par le fameux explorateur Alexander von Humboldt, en référence à la mythique cité d’Aztlan (le lieu de la blancheur), caractérisait la société la plus complexe et la plus raffinée du monde mésoaméricain, mais aussi un peuple, un empire. Il semble aujourd’hui banni puisqu’il s’agirait d’une appellation impropre pour désigner le peuple mexica établi dans le bassin de Mexico à partir du 13e siècle et jusqu’en 1521. L’archéologie est, bien entendu, ici l’objet d’un enjeu tout à la fois politique et identitaire.

L’enceinte sacrée de Tenochtitlan

L’enceinte sacrée de Tenochtitlan, centre de sacrifices divins de l’empire mexica, est l’un des sites liturgiques majeurs de la Mésoamérique. Elle était entourée par une large plateforme interrompue par des entrées. Une grande variété d’édifices religieux s’y trouvait, séparés les uns des autres par des places, des cours ou des voies : solides pyramides couronnées de chapelles (teocalli), plateformes cérémonielles (momoztli), socles supportant des palissades où étaient exposés les crânes des sacrifiés (tzompantli), temples-écoles pour la noblesse (calmecac), oratoires pour les prières, dépôts d’armement (tlacochcalco).

En 1519, Hernán Cortés dénombre “quarante tours très hautes et bien construites”, tandis que le frère Bernardino de Sahagún décrit soixante-dix-huit bâtiments de tailles et de fonctions diverses. L’enceinte cérémonielle principale, dont le Templo Mayor est un centre cosmogonique, voit converger d’innombrables dons somptuaires provenant de tous les coins de l’empire (or, jade, turquoise, plumes multicolores et animaux exotiques). Les super-prédateurs étaient enterrés dans des boîtes en pierre de taille au pied du Templo Mayor. Ils symbolisaient probablement les guerriers morts sur le champ de bataille et sur l’autel sacrificiel, ainsi que les femmes décédées en couches. Ce serait le cas d’un loup mexicain paré d’un anneau de nez et d’ornements d’oreilles, inhumé entre 1486 et 1502.

Le mythe de la “montagne des serpents”

Le mythe qui se déroule sur la “montagne des serpents” (Coatepec) met en scène Huitzilopochtli, dieu du soleil et de la guerre, qui, surgissant les armes à la main du ventre de sa mère, déesse de la terre, pourfend et démembre sa demi-sœur, déesse de la lune, ainsi que ses 400 frères venus le tuer au sommet de la montagne. Chaque dieu mort constitue alors une étoile, la sœur de Huitzilopochtli étant la Lune. La victoire journalière du soleil sur les forces nocturnes rappelle cet épisode. Ce mythe s’inscrit dans la pierre du Templo Mayor, car le côté sud du temple se réfère à la déesse de la lune, Huitzilopochtli (dieu tutélaire du pouvoir mexica) victorieux au sommet, et Coyolxauhqui, sa sœur, gisant démembrée au pied de l’escalier.

Ce mythe constitue un événement majeur, fondant la politique et la théologique du pouvoir mexica, comme la justification de la guerre, comme outil de développement de l’empire.

À voir, une magnifique exposition, Mexica, des dons et des dieux au Templo Mayor, au musée du quai Branly-Jacques Chirac du 3 avril au 8 septembre 2024. Présentation vidéoArrivée des objets et installation de l’exposition (reportage en espagnol).

Pour aller plus loin

 


Lire le propos complet à la source https://www.inrap.fr/adieu-les-azteques-bonjour-les-mexicas-18004

© GRHALP Groupe de Recherches Historiques et Archéologiques de Louvres-en-Parisis