Volume éditorial

Répartion des publications

287 articles et brèves
+ 43 autres documents


Météo locale

  • Fosses, village de potiers au Moyen Âge: campagnes 2023 et 2024
    Fosses, village de potiers au Moyen Âge : campagnes 2023 et 2024 Du fait de son argile réputée, la vallée de l’Ysieux, de Marly-la-Ville à Luzarches, en passant par Fosses, est riche, durant tout le Moyen Âge, de ses sites potiers, dont certaines productions de qualité ont inondé le commerce du Nord du royaume de […]
  • Nécropole celtique de Bouqueval
    La nécropole celtique de Bouqueval et ses 2 tombes à char   A une vingtaine de kilomètres au nord de Paris, la commune de Bouqueval correspond à un important site de La Tène moyenne (III e s. et II e s. av. J.-C.) où se trouvent associés un habitat et une nécropole comprenant 14 sépultures […]
  • Le souterrain de la maison des Templiers à Gonesse
      Le souterrain de la maison des Templiers à Gonesse, fouillé dans le quartier du Temple par la JPGF de Villiers-le-Bel, voit son étude terminée. La Société d’histoire et d’archéologie de Gonesse et du Pays de France a accepté de la publier dans son bulletin n°17 (avril 2023), pages 15 à 44. En forme de […]

Tombes et bûchers en bord de voies romaines

Mise à jour le samedi 20 avril 2024 par Pierre

Deux importantes voies romaines

La voie Domitienne constituait à l’époque romaine l’une des principales voies d’accès à Nîmes. À l’est de la ville, son tracé d’axe est/ouest est pérennisé par l’actuelle rue de Beaucaire et pénétrait dans l’agglomération par la porte d’Auguste.

Alors qu’elle demeure masquée par la voirie contemporaine, la fouille en cours a permis de mettre au jour quelques aménagements bordiers de cette voie, comme un grand fossé remplacé au fil du temps par un mur.

Une deuxième et importante voie a été découverte.

D’axe nord-est/sud-ouest, elle suit une orientation différente de la via Domitia. Large de 15 m, elle est constituée de chaussées empierrées successives. À leur surface, la circulation intense a émoussé les pierres. L’usure et l’entretien y sont représentés par des ornières et des recharges ponctuelles.

Son statut demeure incertain, mais son origine remonte à l’époque tardo-républicaine comme la voie Domitienne. En effet, la voirie la plus ancienne est datée des IIe-Ier siècle avant J.-C. comme en attestent de nombreux fragments de céramiques et d’amphores écrasés à plat. Les chaussées les plus récentes ont pu être mises en place dans le courant du Ier siècle après J.-C. ou au plus tard dans les premières décennies du IIe siècle.

Des espaces funéraires en bord de voies

Les vestiges découverts entre ces deux voies et au nord de la seconde témoignent de la vocation funéraire de ce secteur péri-urbain dans l’Antiquité et du caractère attractif de ces deux axes de circulation. Plusieurs espaces funéraires ainsi que des enclos maçonnés ont été mis au jour. Leur occupation varie de quelques dépôts funéraires à plus d’une quinzaine.

La pratique de la crémation est majoritaire. Elle est réalisée sur des bûchers dont plusieurs exemplaires, ont été mis au jour. Trois sont construits avec des moellons de calcaire ou des pilettes en terre cuite. Les autres sont creusés dans le sol. Après la crémation, les ossements brûlés sont recueillis, puis déposés dans une tombe. Celle-ci peut être aménagée directement dans le bûcher ou dans un petit creusement annexe.

Les ossements y sont placés dans un vase ou dispersés sur le fond du creusement. Ils sont souvent accompagnés d’objets personnels ayant pu appartenir au défunt. Deux paires de strigiles ont ainsi été découverts dans une des structures funéraires fouillées. Des vases en verre et en céramique ainsi que des lampes sont également déposés dans les tombes, témoignant de l’importance des rites et du banquet funéraire. Quelques tombes à inhumation sont également représentées.


Lire le propos complet à la source https://www.inrap.fr/tombes-et-buchers-en-bord-de-voies-romaines-17974

© GRHALP Groupe de Recherches Historiques et Archéologiques de Louvres-en-Parisis